WP3 : Bonnes Pratiques Zootechniques en animalerie


Lien vers la bibliothèque

Lien vers l'interface administration de la bibliothèque


Objectifs

Améliorer les pratiques en animalerie et élaborer un guide des « Bonnes Pratiques Zootechniques », référentiel de qualité. En fonction des évolutions des technologies et de leur impact sur l’animal, leur étude et leur analyse doivent permettre l’optimisation, la standardisation et ainsi la formation et le conseil aux zootechniciens sur les pratiques actuelles.

Bilan des actions passées

Suite aux différents problèmes recensés et pour répondre aux questionnements récurrents dans le monde des animaleries, nous nous sommes intéressés aux facteurs d’environnement de l’animal.

Nous avons mené différentes études concernant les tests existants pour les contrôles sanitaires de l’environnement; les tests sur l’utilisation du peroxyde d’hydrogène; l’enregistrement des niveaux sonores dans une animalerie; les tests sur la vue des rongeurs avec une synthèse bibliographique qui a été réalisée sur la durée d’éclairage dans une animalerie, ses interférences et le choix de la meilleure photopériode; un travail de mesure de l’intensité lumineuse dans les différents endroits d’une salle d’hébergement réalisé pour ainsi optimiser, lors de la conception des animaleries, le meilleur positionnement des sources lumineuses et répondre ainsi aux besoins physiologiques des animaux; enfin des tests de préférence litière pour les souris réalisés en vidéo tracking faisant intervenir des statisticiens pour la mise en place du protocole et l’analyse des résultats.

Ces derniers tests ont fait l’objet de la réalisation d’un poster qui a été présenté lors du dernier congrès de l’AFSTAL, en novembre 2010, et qui a remporté le 1er prix du concours « Poster » et a permis un échange sur le plan national.

Actions futures

Le travail à venir s’inscrira dans la poursuite des missions sur l’analyse et l’amélioration de la gestion zootechnique et du bien-être des souris dans les animaleries avec la définition d’un cahier des charges dans le but de guider et d’orienter les expérimentateurs.

Les différentes études sur l’audition, la vue des rongeurs, les préférences litières seront poursuivies selon d’autres paramètres.

Ensuite, de nouvelles études seront mises en place comme celle concernant l’alimentation. Un protocole a été élaboré pour analyser l’impact sur l’animal et sur les résultats expérimentaux lors du passage d’un aliment à un autre. Nous avons sollicité la chaire d’alimentation de l’ENVA pour l’étude des fiches techniques des différents aliments que nous allons comparer sur différentes lignées de souris.

Egalement une étude concernant l’identification des animaux est envisagée pour analyser les différentes techniques de marquage en recensant les problèmes sanitaires, l’impact des micro-puces sur la santé de l’animal et les différentes possibilités d’identification en fonction de l’âge des animaux.

Enfin nous mettrons en place une étude, après recensement de la bibliographie, concernant la périodicité du change des cages des animaux et nous essaierons d’analyser comment peut se diffuser l’odeur, les phéromones, impact très important pour les interactions entre animaux, de cages à cages dans le cas d’un hébergement en portoir ventilé et d’en appréhender les conséquences sur l’élevage et la production. Ces études nous permettront d‘établir des critères de choix pour de meilleures pratiques.

Coordination

Stéphane Dufour
IGBMC, Illkirch