WP7 : Amélioration des techniques d’échange et de préservation des lignées de souris


Objectifs

  • Améliorer ou mettre en place des techniques dans les différentes plate-forme que ce soit pour l'archivage des lignées murines ou pour la distribution de ces lignées.
  • Former et conseiller les personnes qui le souhaitent pour implanter ces techniques dans leur laboratoire.
  • Réaliser une veille scientifique sur la cryoconservation, la Fécondation In Vitro, et l'échange d'embryons ou de gamètes...

Bilan des actions passées

Ce WP s’est investi, depuis plusieurs années pour certains d’entre vous, dans plusieurs domaines :

  • l’échange de lignées par le biais d’embryons frais ou congelés
  • l’archivage de lignées sous forme d’embryons
  • l’archivage de lignées sous forme de gamètes (sperme et ovaires)
  • la Fécondation In Vivo.

Pour les deux premiers points, nous avons obtenu des résultats probants et validé des protocoles communs.

  • L’échange de lignées sous forme d’embryons frais se développe de plus en plus,
  • Le bilan des échanges sous forme d’embryons congelés portant sur 110 lignées échangées par nos centres (embryons congelés de toute provenance) montrait moins de 10 % d’échec
  • Un archivage de sécurité d’embryons de souris est réalisé par beaucoup d’entre nous.

Concernant le troisième point l’archivage de lignées sous forme de gamète, il a été abordé plus récemment et si les premiers résultats sont très encourageants, ils sont inégaux.

L’archivage d’ovaires doit être poursuivi en « standardisant » le protocole de congélation et après entrainement ne devrait pas poser de gros problèmes. Pour la congélation de sperme et la reviviscence des lignées par Fécondation In Vitro à partir de sperme décongelé, nous devons mieux maîtriser les divers paramètres : milieux de conservation du sperme, milieux de FIV, additions d’inducteurs de capacitation, boites , etc…

Actions futures

Nous proposons de commencer par une phase bibliographique répartie entre les différents acteurs du groupe. Ceci sera enrichi par un séminaire donné par un « spécialiste » de la reproduction si possible chez la souris, et éventuellement en rencontrant une société pour sous-traiter la réalisation de milieux « sur mesure » que nous aurions tous en commun. Ces étapes seront évidemment très utiles pour continuer nos essais de Fécondation In Vivo.

Depuis le début de ce groupes de travail nous avons constaté que le travail des uns pouvait répondre aux problématiques des autres. Dans ce cadre il nous semble important de nous rapprocher du groupe de travail WP2 pour établir des règles et des listes de « risques », car nous savons qu’en échangeant nos lignées nous devons nous préoccuper des statuts sanitaires. Il pourra également s’avérer utile d’échanger avec le WP8 qui travaille aussi avec les embryons et leurs milieux de culture.

Coordination

Vanessa Larrigaldie
TAAM, Orléans / Villejuif

Marie Teixeira
PBES, Lyon